Les Soeurs de la Charité de St Louis

L’histoire de la Congrégation des Sœurs de la Charité de St Louis

 

La fondatrice Marie-Louise-Élisabeth de LAMOIGNON, est née à Paris le 3 octobre 1763. De son mariage avec Édouard François Mathieu MOLÉ, Comte de CHAMPLATREUX, naissent cinq enfants, l’un sera le fameux ministre, le Comte Matthieu MOLÉ, et trois mourront en bas-âge. Son mari est guillotiné à la Révolution et elle émigre quelque temps à Bruxelles.

Après le mariage de ses deux enfants, elle envisage une vie de religieuse contemplative.

 

L’abbé de PANCEMONTcuré de sa paroisse de Saint-Sulpice à Paris, lui assure un accompagnement spirituel qui l’oriente vers un service de charité.

Ce dernier est nommé Évêque de Vannes en Bretagne après le Concordat, qui permet à la vie religieuse de se réorganiser. Il demande à Madame MOLÉ de venir à Vannes pour ouvrir une œuvre de charité s’occupant notamment des fillettes errant sur le port de la Rabine de Vannes.

 

Le 25 mai 1803, devenue “Mère Saint Louis”, elle fonde à Vannes la Congrégation des Sœurs de la Charité de Saint Louis pour “l’éducation des petites filles pauvres et abandonnées”. L’institut est approuvé le 24 avril 1816 par Pierre Ferdinand de Bausset-Roquefort, évêque de Vannes. Elle crée trois autres établissements en Bretagne : Auray en 1807, Pléchâtel en 1816 et Saint Gildas de Rhuys en 1824.

Au décès de la fondatrice, le 4 mars 1825, la Congrégation compte une cinquantaine de religieuses désirant vivre selon son esprit et porter aux déshérités l’amour de Dieu qui les habite. Le pape Grégoire XVI accorde l’approbation finale de l’Institut le 4 décembre 1840.

 

L’histoire se poursuit, la Congrégation s’oriente vers l’étranger tout d’abord l’Angleterre en 1898 à Minehead (Somerset).

Entre 1902-1903, contrainte par des lois antireligieuses refusant aux Congrégations le droit d’Association, les Sœurs ne peuvent plus enseigner en gardant leur identité religieuse. Cependant certaines continuent de le faire dans des “écoles libres”, d’autres partent vers l’Angleterre et le Canada où elles ouvrent une nouvelle fondation.

En 1906, la Congrégation est menacée de dissolution, elle y échappe grâce au caractère “hospitalier” que lui confèrent ses “orphelinats”.

En 1908, une nouvelle Fondation voit le jour aux U.S.A.

Depuis 1945, les créations de Fondations à l’étranger se succèdent, en Haïti en 1945 ; Puis à Madagascar en 1956 ; Au Mali en 1966 ; Au Sénégal et à la Martinique en 1972 ; Au Mexique en 2000.

Durant cette période ont lieu en 1962, le transfert de la Maison Généralice à ROME ; Le 28 mai 1967, le rapprochement de La Congrégation de Notre-Dame de la Compassion à Saint-Denis avec celle des Sœurs de la Charité de Saint-Louis ; En 1986, la déclaration de l’héroïcité des vertus de Mère Saint-Louis ainsi que l’ouverture de la Congrégation à des laïcs, en tant que “membres associés” ; En 1998, le transfert de la Maison Généralice à Montréal au Canada.

 

En 1959, débute le procès diocésain de béatification. Pendant 10 ans Sœur Simone CLOUTIER réalise des recherches qu’elle publie dans une « Positio » qui a été ratifié par le Pape Paul VI en 1977. Elle est déclarée vénérable par le Pape Jean Paul II en 1986. En 2011, le Pape Benoit XVI promulgue le décret de béatification. La cérémonie de béatification à lieu à Vannes le 27 mai 2012, sur l’esplanade du port, lieu d’origine des premières missions des Soeurs de la Charité St Louis. C’est la 1ère béatification célébrée en Bretagne.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le site de la Congrégation des Sœurs de la Charité de St Louis.